Financement et organisation
 

L'organisation et le financement de CEVA requièrent la collaboration de plusieurs entités : la Confédération, le canton de Genève, les CFF et les autorités françaises compétentes.

Un projet aussi complexe que CEVA requiert une organisation rigoureuse. Ainsi, une direction de projet spécifique a été mise sur pied, associant l’Etat de Genève et les CFF, afin de contrôler la co-maîtrise d'ouvrage et d'assurer la coordination avec les nombreux services et partenaires concernés.
En outre, les CFF et la SNCF ont conjointement créé la société Transferis, établie à Annemasse, pour assurer la commercialisation du RER franco-valdo-genevois. Plus largement, Transferis concrétise un engagement commun pour simplifier la coopération transfrontalière.

Le coût du projet – réactualisé en 2009 - se monte à 1,567 milliard de francs pour la partie en territoire suisse. Seuls 44% sont investis par l’Etat de Genève, tandis que le solde est à la charge de la Confédération. La part cantonale du financement a fait l'objet de 4 votes du Grand Conseil et d’un vote référendaire (29 novembre 2009) lors duquel la population a confirmé à plus de 61% qu’elle souhaitait voir cette infrastructure majeure se réaliser.

Le coût des 2,5 km de CEVA qui se trouvent en territoire français est de 234 millions d’euros HT, comprenant la construction de l’ouvrage et la restructuration des gares d’Annemasse et du Chablais. Le financement, qui est réuni, provient de différents acteurs, parmi lesquels l’Etat, la région Rhône-Alpes, le département de Haute-Savoie et les agglomérations d’Annemasse et du Chablais. Ce vaste soutien financier témoigne de l’intérêt que l’ensemble des intervenants français porte au projet.