Genève Eaux-Vives
 

Le secteur Eaux-Vives s’étend de l’avenue Théodore-Weber au barreau Frank-Thomas. Il verra la réalisation de la gare de Genève-Eaux-Vives et des tranchées couvertes de l’avenue Théodore Weber et du chemin Frank-Thomas. Pour la première, une déviation de la galerie Swisscom souterraine est nécessaire.

Depuis la nouvelle gare de Genève - Eaux-Vives, il sera possible de gagner Coppet ou Lausanne d’un côté, et Annemasse ou Thonon dans l’autre direction sans changer de train.

Gare de Genève-Eaux-Vives

La réalisation de la gare se fait en deux phases.

La première consiste à construire la gare ainsi que son étage technique. Pour cela, l’enceinte est faite en parois moulées, réalisées en coulant du béton armé dans une tranchée étroite (1 mètre) et profonde (13 à 21 mètres), couvertes ensuite par des dalles. Les tranchées couvertes sont réalisées simultanément. Ces travaux sont effectués depuis la surface. La seconde phase comprend la réalisation de la galerie commerciale au-dessus de la gare, ainsi que les travaux de finitions tant dans la gare que dans les tranchées couvertes.

Dans un premier temps, il convient de démolir les bâtiments présents sur le site et de dévier les réseaux tant de surface (trafic) que souterrains (eau, électricité etc.) afin de libérer le terrain pour construire l’enceinte de la gare et les tranchées couvertes. Des soutènements provisoires tels que palplanches, parois berlinoises (assemblage de poteaux et d’éléments horizontaux mis en place au fur et à mesure du terrassement) et jetting (injection de ciment depuis la surface) sont nécessaires à certains endroits pour stabiliser le terrain et effectuer le pré-terrassement en vue de la réalisation des parois moulées. Afin d’assurer la stabilité de celles-ci, la dalle supérieure de la gare sera rapidement mise en place. Ensuite, les porteurs verticaux ainsi que la dalle supérieure de la galerie technique seront réalisés. Puis la creuse de la gare se fait en taupe et les matériaux sont extraits par des ouvertures (trémies) laissées dans les deux dalles supérieures. Le radier (dalle inférieure) ainsi que les porteurs verticaux de la gare et les locaux techniques sont ensuite construits. 

Une rampe d’accès (nécessaire pour l’évacuation des déblais du tunnel de Champel) est mise en place au niveau de l’émergence centrale.

Dans un second temps, la galerie commerciale (porteurs verticaux et dalle supérieure) est réalisée, en même temps que les finitions de la gare et des tranchées couvertes, ainsi que le quai central.

Une fois l’ensemble de ces travaux de génie civil achevé, la charpente métallique avec ses modules de briques de verre sont posés et les travaux de second œuvre et d’équipement ferroviaire réalisés. Les aménagements extérieurs sont réalisés en dernier.

Le chantier de la gare durera 72 mois au total.

Tranchées couvertes Th.-Weber et Frank-Thomas

Les tranchées couvertes de part et d’autre de la gare, soit depuis l’avenue Théodore-Weber et, ensuite, jusqu’au barreau Frank-Thomas, sont réalisées en même temps que la première étape de la gare. Seule la réalisation des parois moulées et de la dalle supérieure de la tranchée couverte sont à ciel ouvert ; la creuse s’effectue ensuite en taupe de même que le bétonnage du radier (dalle inférieure), avec extraction des matériaux par des trémies.
Ces travaux rendent nécessaire la déviation de la galerie Swisscom (située au niveau de la route de Chêne).

Tout comme pour la gare c’est par la démolition des bâtiments existant et les déviations de réseaux de surface (trafic) et souterrains (eau, électricité etc.) que démarrent les travaux. Il s’agit par exemple du collecteur de l’avenue Théodore Weber. Des soutènements provisoires sont également nécessaires pour stabiliser le terrain et effectuer le pré-terrassement en vue de la réalisation des parois moulées.

C’est ensuite simultanément le puits Théodore Weber, la traversée de la route de Chêne (côté gare) et celle du barreau Frank-Thomas qui sont réalisés.

Galerie Swisscom

La déviation de la galerie Swisscom (située sous la route de Chêne) est nécessaire pour le passage de la tranchée couverte.

Dans un premier temps, les réseaux sous la route de Chêne sont déviés et des travaux préparatoires effectués dans la galerie existante. La nouvelle galerie est ensuite réalisée à ciel ouvert en plusieurs étapes complexes, ce qui nécessite la fermeture d’une voie montante (direction Chêne-Bourg) sur la route de Chêne.

En outre, la zone entre la rue Agasse et la route de Chêne est mise en talus pour créer une rampe d’accès depuis la rue Agasse vers la route de Chêne. Cet emplacement sert également à l’installation des équipements de chantier.

Une fois la galerie déviée, la construction de la tranchée couverte peut débuter.