Le concept architectural

Le Pixel

L’unité de traitement du concept architectural se concrétise par l’utilisation d’une « brique de verre » de grande dimension, constituée de plusieurs couches de verre de différentes qualités et textures.
Ce module se décline de différentes manières.
Il est tour à tour panneau de façade, pan de verre, plancher, pan de mur, parement, voile, paravent, toiture, marquise, auvent, plan incliné…
Mais tous ces modules ont visuellement un aspect identique.
Ce « millefeuille » de verre crée une vision pixellisée à la manière d’un kaléidoscope. Ainsi, le voyageur retrouve de façon immédiate, en quelque lieu que ce soit, un repère visuel fort qui l’informe de la présence de la ligne CEVA.
La répétition et l’adaptation d’un système unique pour les gares CEVA permet de concevoir des stations à la fois familières parce que similaires à d’autres grâce à ces briques de verres, et en même temps uniques et singulières parce que différentes les unes des autres par leur configuration géométrique et spatiales.
Profilé de liaison entre les modules de verre. Avec l'introduction de la ligne CEVA, Genève bascule dans un nouveau système de transports et se dote d'une infrastructure résolument tournée vers le XXIème siècle. Profilé de liaison entre les modules de verre
Le projet architectural des Ateliers Jean Nouvel s'articule autour d'un concept utilisant pour la réalisation des gares des briques de verre, créant ainsi une unité de traitement.

La lumière

La lumière est un facteur essentiel du projet.
La lumière naturelle est filtrée à travers des briques de verre horizontales.
Elle passe des émergences (surface) aux quais (gares souterraines) et s’infiltre ainsi dans toute la gare.
Cette traversée de la lumière permet d’amener de l’éclairage naturel et offre une relation visuelle directe avec l’extérieur.
La lumière artificielle est implantée de manière à obtenir une diffusion proche de la lumière naturelle.
La relation entre l’intérieur et l’extérieur est rendue possible grâce à l’utilisation du verre qui permet de voir des images pixellisées de la vie du dedans et du dehors.
En outre, l’accent mis sur l’apport de lumière constitue un gage de sécurité pour les voyageurs.

Le concept des ateliers de Jean-Nouvel

Le concept des Ateliers Jean Nouvel

Il s'agit de l'identification d'un territoire
Territoire partagé – Dynamique
Il s'agit aussi d'un désir de clarté, de netteté donc de la relation de la lumière à la matière, de la simplicité d'une structure qui puisse caractériser la traversée urbaine et paysagère.
La nouvelle ligne aura ses matériaux naturels et architecturaux.
Les essences végétales, cèdres alignés, graminées hautes et libres, désigneront les émergences du nouveau parcours du train dans Genève.
D'immenses briques de verre constitueront les murs, les toitures,
les terrasses des gares. La géométrie est élémentaire, essentielle.
Et l'important est ce que l'on va lire, deviner, imaginer à travers la texture du verre, qui va pixéliser, difracter, recomposer les images mouvantes des passagers des trains, mais aussi celle des affiches, des signes des projecteurs qui habitent les gares.
Lumière si différente de jour et de nuit, questionnement poétique sur les départs, les arrivées, les pulsations de flots d'inconnus…
Les trains passent, arrivent partent et se rythment. Ce simple constat est rendu sensible à la ville par un trait de lumière, trait rouge qui accompagne la présence d'un train, arrive avec lui, s'arrête avec lui et disparaît avec lui.
Rythme qui deviendra familier et qui sera associé à une respiration.