1. En quoi CEVA constitue-t-il un maillon essentiel du projet d’agglomération franco-valdo-genevois ?

En permettant de créer un réseau ferroviaire qui irrigue la région de Coppet à Evian, Saint-Gervais et Annecy, CEVA joue véritablement un rôle majeur en terme de mobilité au cœur du projet d’agglomération franco-valdo-genevoise, liant le canton de Vaud à la France en passant par Genève.

2. Quels sont les projets qui découlent de la réalisation de CEVA ?

Des projets immobiliers, directement concernés par la réalisation de CEVA, se développent autour des gares des Eaux-Vives, de Chêne-Bourg et de Lancy Pont-Rouge, ainsi que des projets de développement à Annemasse : Chablais-Parc, et le projet Etoile gare. Pour les projets sur territoire suisse, ce sont 1100 logements qui seront proposés, 125’000 mètres carrés de surface de bureaux et commerciales et des bâtiments d’utilité publique (une école, des crèches, un théâtre).

Grâce à son tracé urbain, le projet CEVA est également structurant. Deux stations desserviront, par exemple, la zone du PAV : Lancy Pont-Rouge et Carouge Bachet. Le secteur du Bachet fait l’objet de nombreuses réflexions d’urbanisation, comme celles du périmètre de la Chapelle-Les Sciers, du Trèfle blanc et du Trèfle d’or.

3. Qu’est-il prévu autour des stations CEVA?

Des concours de projet d’espaces publics sont organisés pour chaque station afin de définir les aménagements qui permettront d’offrir aux usagers du RER et des transports publics, ainsi qu’aux habitants du quartier, un aménagement urbain de qualité.
La volonté étant de créer des lieux qui combinent des espaces publics liés à la mobilité fluide et performants, et des espaces d’appropriation pour les résidents, dégageant des ambiances agréables et conviviales où il fait bon vivre et travailler.
Aujourd’hui, les projets des stations de Chêne-Bourg, des Eaux-Vives, de Champel-Hôpital, de Carouge-Bachet et de Lancy-Pont-Rouge sont connus.

4. Quels types de stationnement sont prévus autour des stations CEVA (vélos, P+R…)?

Les interfaces permettront aux pendulaires et aux autres usagers une alternative forte à la mobilité individuelle. Elles représenteront une armature sur laquelle viendra se greffer des infrastructures de transports collectifs (tramways et trolleybus) en développement et des parkings d’échange. Une importante offre en stationnement vélo est prévue dans les nouvelles gares et haltes ferroviaires afin de faciliter les déplacements des mobilités douces.
La mise en place de vélostations constituera également une mesure pour améliorer la sécurité et le confort des cyclistes et usagers des transports publics.
Une réflexion est ainsi menée à l’échelle de l’ensemble des gares.

Mis à jour le 3 octobre 2017